Colloque Wright, Conférence : Le hasard existe-t-il vraiment ? Spectacle son et lumière : Maths et brillant

Le Colloque Wright propose chaque année des conférences de très haut niveau et un spectacle.

Dans le cadre des colloques Wright pour la science, un peu en continuité avec le colloque de l’an dernier et dont le thème était l’art des Maths :

  • Une conférence Le hasard existe-t-il vraiment? le 2 novembre Hugo Duminil Copin
  • Un  spectacle son et lumière Maths et brillant 31 Oct- 21 Nov 18h, 19h, 20h30 – Parc des Bastions
06TC-H_Duminil_20201102_0024.jpg

Les savants en math ne sont pas forcément bigleux et renfermés…

Le Journal de l’UniGE  décrit Hugo Duminil Copin comme un pourfendeur de théorèmes mais aussi  « Barbe de trois jours et cheveux frisés en bataille, le chercheur n’a pas encore perdu son sourire de potache. »
Il a notamment travaillé sur la percolation et les marches auto-évitantes, e
t il a sélectionné pour les lecteurs de JTS  quelques publications.

Percolation
L’idée consiste à comprendre ce qui se passe dans un matériau poreux comme la pierre ponce (ou le café, d’où le nom du champ de recherche). Quand de l’eau traverse une telle matière, quel chemin emprunte-t-elle ? Est-elle bloquée, passe-t-elle tout droit ou suit-elle des voies tortueuses ? Le régime des voies tortueuses est d’ailleurs synonyme de ce qu’on appelle en physique théorique une transition de phase, celle qui sépare l’état « imperméable » de l’état « sans entraves ». Pour modéliser ce problème, les mathématiciens utilisent notamment des « graphes aléatoires » qui simulent tous les chemins possibles et dont on peut étudier les propriétés de connectivité. (source Journal de l’uniGE).
Jump-To-Science : donner envie d'accéder aux articles              plutot que vulgariser encourage le lecteur à aller vérifier dans l’article d’origine :  ici

Les marches auto-évitantes

Ce système a été introduit en 1948 par le chimiste Paul Flory (Prix Nobel de chimie en 1974) dans le but de modéliser le comportement des polymères (comme l’ADN) plongés dans un solvant. Le système est composé de marches, aussi appelées chemins, qui n’ont pas le droit de repasser par un endroit déjà visité. Ce problème combinatoire est défini lui aussi par des graphes et aboutit à des questions de géométrie assez complexes. (source Journal de l’uniGE). Jump-To-Science : donner envie d'accéder aux articles              plutot que vulgariser encourage le lecteur à aller vérifier dans l’article d’origine :  ici

Conférence publique 2021

Le hasard existe-t-il vraiment?

2 novembre 2021 – 18:30 – Uni Dufour

Hugo Duminil Copin

Lieu : Uni Dufour, Auditoire Piaget (U600)

Dans l’imaginaire collectif, lancer un dé permet d’obtenir un résultat imprévisible… Mais est-ce réellement le cas? Les mouvements de la main et du dé répondant aux règles de la physique classique, le résultat du jet peut a priori être parfaitement prédit. L’aspect imprévisible semble donc dû à une incapacité computationnelle de la part des observateurs plutôt qu’à un aléa intrinsèque du système. Cette réalisation est encore plus évidente lorsque l’on bat des cartes. En partant d’un jeu totalement ordonné, il est possible d’analyser l’apparent désordre induit par des mélanges de différentes qualités.

À travers des exemples, nous verrons que certains événements aléatoires de la vie de tous les jours sont en fait parfaitement déterministes, ce qui nous amène inexorablement à remettre en cause l’existence même du hasard. Cependant, ce doute n’est que de courte durée car le hasard, le vrai, se cache en fait ailleurs. Dans l’infiniment petit, là où la physique quantique remplace la physique classique, l’univers se met à jouer aux dés. La trajectoire d’un électron passant à travers un écran par un minuscule orifice ne peut être prédit: deux électrons parfaitement identiques entrant exactement de la même façon dans le trou ressortiront en des endroits différents.

Que le hasard soit visible, à l’échelle macroscopique, ou réel, à l’échelle microscopique, il est primordial d’en comprendre les lois fondamentales afin de pouvoir le modéliser de la meilleure des façons possibles. C’est là que la théorie des probabilités entre en jeu.

La conférence sera suivie d’une discussion croisant les connaissances en mathématiques et en physique quantique entre Hugo Duminil Copin et Thierry Giamarchi. Le professeur Duminil Copin est spécialiste de la physique mathématique et de la théorie des probabilités, en particulier des graphes aléatoires et du ferromagnétisme.  Le professeur Thierry Giamarchi enseigne la physique à l’UNIGE. Son domaine de recherche est l’étude des effets des interactions dans la matière quantique, ainsi que les effets du désordre tant dans les systèmes classiques que quantiques.

Présence dans l’auditoire sur inscription et sur présentation du Certificat Covid et pièce d’identité.
La conférence sera également disponible en ligne, sans inscription, sur cette page.
(Conférence en français avec interprétation simultanée vers l’anglais)

Spectacle son et lumière

Entrée libre, sur inscription.
Toutes les conférences bénéficient d’une interprétation simultanée en français et en anglais.

Maths et brillant

31 OCT – 21 NOV 2021 Tous les soirs – 18H . 19H . 20H30 – Parc des Bastions

Plus d’informations


Conférences publiques 2020 enregistrées

Le chaos: imprévisible mais compréhensible

Le chaos: imprévisible mais compréhensible Etienne Ghys
Enregistrement vidéo et  plus d’informations


Le désordre, le hasard et les grands nombres

Le désordre, le hasard et les grands nombres Laure Saint-Raymond Enregistrement vidéo et  plus d’informations


Un voyage mathématique De l’infiniment petit à
                l’infiniment grand

Un voyage mathématique De l’infiniment petit à l’infiniment grand Martin Hairer
Enregistrement vidéo et  plus d’informations


La musique des formes

La musique des formes Alain Connes
Enregistrement vidéo et  plus d’informations


Les mathématiques : art ou science ? Stanislav Smirnov
Enregistrement vidéo et  plus d’informations

Cette entrée a été publiée dans Non classé, Perspective sur les savoirs, Savoirs en sciences, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.