Une chercheure discute : Devons-nous tenir compte de la foi religieuse des élèves lorsque nous enseignons l’évolution ?

L’enseignement de la biologie ne peut pas passer sous silence l’évolution qui en fonde toutes les explications

On le sait bien; « Rien n’a de sens en biologie si ce n’est à la lumière de l’évolution » Dobzhansky, T. (1973.Trad.) pourtant il n’est guère facile de se positionner comme scientifique pour enseigner le modèle explicatif central de la biologie sans heurter des idéologies, des religions, et parfois sous des pressions sourdes pour ne pas faire de vagues

Pierre Clément (2014) à montré sur un large échantillon de pays et de religions « qu’il est tout à fait possible d’être à la fois croyant (catholique, protestant, orthodoxe ou musulman) et évolutionniste. C’est cette compatibilité qu’il semble important de promouvoir pour lutter contre les fondamentalismes dogmatiques qui prétendent le contraire. Une meilleure formation épistémologique des enseignants pourrait,[…], contribuer à diminuer le rejet des connaissances scientifiques sur l’évolution biologique.  » Jump-To-Science : donner envie d'accéder aux
                articles plutot que vulgariser encourage le lecteur à aller vérifier dans l’article d’origine : ici

Taber argumente « Il ne faut pas croire à l’évolution
mais
aider les élèves à comprendre (c.-à-d. savoir appliquer) les modèles et théories scientifiques !

Taber (2019) rejoint Clément « Lorsqu’on enseigne la sélection naturelle, on doit être conscient que certains élèves auront des raisons religieuses de rejeter l’évolution. » mais explicite bien ce qu’on peut comprendre par l’épistémologie ici en distinguant la croyance des connaissances scientifiques.

La science n’est pas une question de croyance, et le rôle du.de la professeur.e de sciences n’est pas de persuader les élèves qu’un récit scientifique est vrai. Son rôle est d’aider les élèves à comprendre (et donc à pouvoir appliquer) les modèles et théories scientifiques. Cela fait partie de l’enseignement des sciences d’aider les élèves à comprendre pourquoi les scientifiques en sont venus à adopter actuellement une idée particulière, mais ils n’ont pas besoin de les convaincre eux-mêmes. En effet, nous espérons que les scientifiques restent ouvert.e.s d’esprit – ouverts à de nouvelles preuves qui remettent en question les idées actuelles, ou à une nouvelle façon de penser qui donne une meilleure explication données disponibles. Un.e scientifique doit être convaincu que les modèles qu’ils appliquent offrent la meilleure explication actuellement disponible des données existantes, mais pas qu’elles représentent un compte rendu absolu et final de la nature.  » Taber (2019)Traduction. p. 160 de MasterClass in science education : Transforming teaching and learning.

Si l’enseignement de la biologie ne peut pas exiger la croyance (qui appartient au religieux, découle des valeurs et des appartenances), on peut demander aux élèves de savoir prédire ou expliquer en utilisant les explications scientifiques de l’évolution.
JTS a présenté cette approche ici : S’agit-il de croire en l’évolution ou savoir utiliser des modèles de l’évolution? et un projet du DIP propose des expériences et TP où on peut appliquer.

Une chercheure, Anat Yarden, analysera dans un Webinar gratuit et ouvert de LS2 un cas intéressant de personnes très religieuses qui acceptent, étudient et enseignent l’évolution.
Elle a
beaucoup publié, notamment :

  • Siani, M., & Yarden, A. (2020). “Evolution? I Don’t Believe in It”. Science & Education, 29(2), 411‑441. https://doi.org/10.1007/s11191-020-00109-7
  • Siani, M., & Yarden, A. (2021). “I Think that Teachers Do Not Teach Evolution Because It Is Complicated” : Difficulties in Teaching and Learning Evolution in Israel. International Journal of Science and Mathematics Education. https://doi.org/10.1007/s10763-021-10179-w

Elle présentera le 17 novembre 17h30 en anglais dans le cadre de LS2 (lnnovation in Undergraduate Teaching of Life Sciences – Webinar series)
S’inscrire auprès de adela.calvente@ls2.ch

Should we relate to students’ religious faith when teaching evolution?

Anat Yarden
(Weizmann Institute of Science, Rehovot, Israel);
November 17
(17.30):

Devons-nous tenir compte de la foi religieuse des élèves lorsque nous enseignons l’évolution ?

L’évolution est l’une des questions scientifiques les plus controversées au monde, principalement en raison du conflit présumé avec la religion. Ce conflit survient également dans les cours de biologie à l’école, et des études ont montré que l’acceptation de l’évolution par les élèves diminue à mesure que leur religiosité augmente. Dans notre étude, nous nous sommes concentrés sur un groupe unique de personnes religieuses qui acceptent, étudient et enseignent l’évolution. Nous avons tenté de mieux comprendre la conception de ces personnes envers la relation entre l’évolution et la religion et les facteurs qui influencent leur conception. À cette fin, des professeurs de biologie et des scientifiques du secondaire religieux ont été interrogés et interrogés sur leur conception de l’évolution et de la religion et sur les facteurs qui ont influencé leur conception. Il a été constaté que l’interprétation de la Bible en tant que guide moral, plutôt qu’un livre de science, est une idée principale dans la conception des participants. La plupart des participants ont souligné que leur conception de l’évolution était influencée par l’approche scientifique de leurs parents et de leurs enseignants. Les participants qui ont rejeté l’évolution dans le passé ont souligné que l’exposition aux connaissances scientifiques à elle seule n’était pas suffisante pour diminuer leur rejet, tandis que l’exposition à la compatibilité possible entre la religion et l’évolution a favorisé leur acceptation. Ces résultats peuvent aider les enseignants à promouvoir les étudiants affiliés à une religion vers un meilleur apprentissage de l’évolution et vers un apprentissage significatif de la science en général. Anat Yarden Traduction.

Références:

  • Clément, P. (2014). Les conceptions créationnistes d’enseignants varient-elles en fonction de leur religion ? Education et societes, n° 33(1), 113‑136. https://www.cairn.info/revue-education-et-societes-2014-1-page-113.htm
  • Dobzhansky, T. (1973). Nothing in biology makes sense except in the light of evolution. American Biology Teacher, 35(3), 125‑129.
  • Quessada, M. P., Munoz, F., & Clément, P. (2013). Les conceptions sur l’évolution biologique d’enseignants du primaire et du secondaire dans 28 pays varient selon leur pays et selon leur niveau d’étude. Actualité de la Recherche en Éducation et Formation, 19. https://doi.org/hal-01026095
  • Taber, K. (2019). MasterClass in science education : Transforming teaching and learning. ch 10
  • Siani, M., & Yarden, A. (2020). “Evolution? I Don’t Believe in It”. Science & Education, 29(2), 411‑441. https://doi.org/10.1007/s11191-020-00109-7
  • Siani, M., & Yarden, A. (2021). “I Think that Teachers Do Not Teach Evolution Because It Is Complicated” : Difficulties in Teaching and Learning Evolution in Israel. International Journal of Science and Mathematics Education. https://doi.org/10.1007/s10763-021-10179-w
Cette entrée a été publiée dans Perspective sur les savoirs, Savoirs en classe, Savoirs en sciences, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.