Les prix IgNobel : les plus guindés fronceront les sourcils, les créatifs souriront,…ces recherches stimulent la curiosité scientifique !

Les prix IgNobel 2021 ont été attribués

Dans les mots des organisateurs, les IgNobel récompensent des études qui font d’abord sourire et ensuite réfléchir. « Research that makes people LAUGH and then THINK » encourage le lecteur à aller vérifier dans le site d’origine :  ici

Les chercheur.e.s sont aussi curieux.ses, irrévérencieux.ses et on rit volontiers dans les labos

Alors que la société et les médias renvoient souvent l’image de scientifiques coincé.e.s, austères, incapables d’humour(.e?),
on a ici un exemple de plus révélant le coté facétieux de beaucoup de chercheur.e.s.

Comme le disait Desmond Morris (1980) Sa grande qualité était l’aptitude à goûter l’étrangeté qui marque l’esprit  des véritables chercheurs.
Est-ce que les enseignant.e.s de sciences savent partager cette dimension facétieuse de la science ? Est-ce que mieux la mettre en évidence pourrait éviter de perdre de futur.e.s chercheurs.e.s qui ont justement cette aptitude à goûter l’étrangeté ?

Comme chaque année le comité IgNobel a sélectionné des études étranges et de nature à stimuler l’intérêt des élèves
On y trouve cette année
  • (chi-etholo) une étude sur les odeurs dans les salles de cinéma selon la nature du film projeté, pour établir si on peut catégoriser l’âge autorisé des films sur la base des molécules présentes au cours de la projection : Wicker, et al. 2015) ici:
  • (bio) une étude sur les miaulements, ronronnements et autres formes de communications chat-humain : Schötz, et al. (2016) ici
  • (phy-bio) une étude sur l’effet possiblement protecteur de zones vitales (carotides, vertèbres, …) par la barbe lors de pugilats : Beseris, (2020) ici
  • (chi-bio) une étude testant si l‘orgasme est aussi efficace comme décongestionnant (pour déboucher le nez) qu’un médicament classique : Bulut, et al. (2021) ici
  • (phy) deux études des parcours de piétons réussissant ou ne réussissant pas à s’éviter lorsqu’ils se croisent sur le trottoir : Corbetta, (2018) ici,  Murakami, et al (2021) ici
  • (chi-ecolo) une étude sur la manière dont on peut se débarrasser des cafards dans les sous-marins : Mulrennan (1971) ici
  • (economie-etholo) une étude sur le lien entre l’obésité des politiciens et la corruption dans leur pays : Blavatskyy, P. (2021) ici
  • (bio) une étude sur les bactéries ( le bactériome…) dans les chewing-gums collés par terre : Satari, et al. (2020) ici

IgNobel suggère que ce qui peut faire froncer les sourcils des plus guindés n’est pas forcément si idiot que ça –

La science abonde de recherches qui ont pu paraitre futiles sur le moment : l’aimable passe-temps de Tsien qui donnera un prix Nobel  (JTS), une découverte dans le yogourt au Danemark qui a contribué à découvrir le système CRISPR-Cas9 JTS, etc.

Des exemples pour discuter comment la démarche scientifique est exprimée dans les articles scientifiques et pour aider à structurer les TM  ?

Parce que leur thème a de quoi susciter l’intérêt des adolescents (odeurs corporelles, bestioles suscitant la répulsion, image de soi et poids, etc.) ces textes pourraient être utilisés avec les élèves pour développer des compétences importante :

* être capable d’identifier les éléments de la structure typique d’un article scientifique,

On pourrait p. ex. :  aider les élèves à repérer la rationale ( pourquoi il serait intéressant d’étudier cela), ce qu’on sait déjà  (cadre théorique) conduisant à la question de recherche, puis la manière dont ils ont obtenu leurs données ( méthodes), les résultats,  la discussion et limites (en fonction des méthodes), puis les perspectives .

On peut ensuite discuter ces points pour développer leur capacité à valider eux-mêmes les savoirs proposés.

  • les aider à trouver les informations (méthodes de production des données, outils d’analyses, …) permettant de juger de la solidité des conclusions, et leur portée.
  • On peut aussi discuter de l’influence de cette structure sur l’image de la science comme un processus linéaire (parfois abrégé OHERIC)
    Cette reconstruction a posteriori est finalement un genre littéraire très codifié. Des guides de rédaction la décrivent et montrent bien cette structure.

    SciDev.Net : How to write a scientific paper

    Cette structure est très efficace pour accéder rapidement à l’information par des lecteurs habitués par leurs études et la lecture de Science, Nature, PNAS etc. à cette structure.  Cependant cela peut donner l’impression que la science se fait comme elle se raconte ! Pourtant la recherche de mastère que chacun des enseignants de science a effectuée ne s’est sûrement pas déroulée comme elle a été racontée dans le mémoire final !

Pour les TM (type recherche) on pourrait analyser comment se construit l’argumentation à travers la structure de l’article comme base pour la rédaction de leur travail.

La démarche scientifique … qu’est-ce ?

Alors que les programmes changent ici et que de nombreux enseignants abordent cette question pour la première fois explicitement, quelques éléments de réflexion :


Références:

  • Beseris, E. A., Naleway, S. E., & Carrier, D. R. (2020). Impact Protection Potential of Mammalian Hair : Testing the Pugilism Hypothesis for the Evolution of Human Facial Hair. Integrative Organismal Biology, 2(1). https://doi.org/10.1093/iob/obaa005
  • Blavatskyy, P. (2021). Obesity of politicians and corruption in post-Soviet countries. Economics of Transition and Institutional Change, 29(2), 343‑356. https://doi.org/10.1111/ecot.12259
  • Bulut, O. C., Oladokun, D., Lippert, B. M., & Hohenberger, R. (2021). Can Sex Improve Nasal Function?—An Exploration of the Link Between Sex and Nasal Function. Ear, Nose & Throat Journal, 0145561320981441. https://doi.org/10.1177/0145561320981441
  • Corbetta, A., Meeusen, J. A., Lee, C., Benzi, R., & Toschi, F. (2018). Physics-based modeling and data representation of pairwise interactions among pedestrians. Physical Review E, 98(6), 062310. https://doi.org/10.1103/PhysRevE.98.062310
  • MORRIS, Desmond, 1980, La fête Zoologique, Calmann-Lévy
  • Murakami, H., Feliciani, C., Nishiyama, Y., & Nishinari, K. (s. d.). Mutual anticipation can contribute to self-organization in human crowds. Science Advances, 7(12), eabe7758. https://doi.org/10.1126/sciadv.abe7758
  • Mulrennan, J. A., Jr., Grothaus, R. H., Hammond, C. L., & Lamdin, J. M. (1971). A New Method of Cockroach Control on Submarines12. Journal of Economic Entomology, 64(5), 1196‑1198. https://doi.org/10.1093/jee/64.5.1196
  • Radcliffe, R. W., Jago, M., Morkel, P. vdB, Morkel, E., du Preez, P., Beytell, P., Kotting, B., Manuel, B., du Preez, J. H., Miller, M. A., Felippe, J., Parry, S. A., & Gleed, R. D. (2021). The pulmonary and metabolic effects of suspension by the feet compared with lateral recumbency in immobilized black rhinoceroses (diceros bicornis) captured by aerial darting.. Journal of Wildlife Diseases, 57(2). https://doi.org/10.7589/2019-08-202
  • Satari, L., Guillén, A., Vidal-Verdú, À., & Porcar, M. (2020). The wasted chewing gum bacteriome. Scientific Reports, 10(1), 16846. https://doi.org/10.1038/s41598-020-73913-4
  • Schötz, S., Eklund, R., & Weijer, J. van de. (2016, juin 13). Melody in Human–Cat Communication (Meowsic) : Origins, Past, Present and Future. Proceedings of FONETIK 2016. Fonetik 2016. https://portal.research.lu.se/portal/en/publications/melody-in-humancat-communication-meowsic(e32b4f31-5064-48d1-b38f-7e97390093fe)/export.html
  • Wicker, J., Krauter, N., Derstorff, B., Stönner, C., Bourtsoukidis, E., Klüpfel, T., Williams, J., & Kramer, S. (2015). Cinema Data Mining : The Smell of Fear. In Proceedings of the 21th ACM SIGKDD International Conference on Knowledge Discovery and Data Mining (p. 1295‑1304). Association for Computing Machinery. https://doi.org/10.1145/2783258.2783404
Cette entrée a été publiée dans Perspective sur les savoirs, Savoirs en classe, Savoirs en sciences, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.