Archives Jean Piaget | Séminaire interdisciplinaire | 2021 Recherches et applications pédagogiques

La Fondation Archives Jean Piaget organise, dans le cadre de ses missions scientifiques, un séminaire interdisciplinaire où des spécialistes sont invités à aborder, sous l’angle de leur discipline respective, une question relevant des thématiques qui furent celle de l’oeuvre de Piaget. La règle du jeu veut que chaque orateur mette en perspective l’approche contemporaine de sa discipline ou spécialité avec celle développée par Piaget afin d’en souligner les points communs et les divergences.

Mercredi 26 mai 18.15-19.45 par zoom
De Montessori, Freinet et Piaget aux sciences cognitives : des clés pour un bon usage des neurosciences à l’école
par Olivier Houdé, Professeur, Université Paris-Descartes.

Résumé de la conférence

Etre réellement du côté de Locke, Rousseau, Itard, Séguin, Montessori, Freinet et Piaget aujourd’hui, en ce début de XXIè siècle, c’est s’intéresser sérieusement aux neurosciences. Piaget ne disait-il pas que la construction de l’intelligence chez l’enfant est la forme optimale de l’adaptation biologique ? Il faut donc faire l’effort, pour les chercheurs en psychologie du développement et en sciences de l’éducation, d’utiliser conjointement les technologies de la psychologie expérimentale et de l’imagerie cérébrale, avec la participation des enfants et professeurs volontaires des écoles, pour mieux comprendre le cerveau qui apprend, un cerveau dans un corps (Berthoz), en contexte social et culturel (Vygotski, Bruner). Non pas pour que la science fasse la classe, ni pour imposer les sciences cognitives et les neurosciences à l’école de façon autoritaire (Dehaene), mais plutôt pour des allers-retours féconds, par tâtonnement expérimental, collaboratif, comme l’aurait dit Freinet, du laboratoire à la classe. C’est s’intéresser au cerveau de l’enfant, cet « organe devenu visible », comme Montessori préconisait de s’intéresser à son âme !

La conférence en donnera quelques exemples.

Lecture proposée : Houdé, O. (2018). Introduction. L’école du cerveau. Mardaga
Le lien de connexion Zoom pour tous les séminaires est : https://unige.zoom.us/j/94044480963
Les horaires du séminaire restent inchangés: 18.15-19.45.

Mai au Musée d’Histoire des Sciences  : le son à l’honneur dans une nouvelle exposition

Toute l’équipe du Musée d’histoire des sciences a le plaisir de vous annoncer l’ouverture de sa prochaine exposition temporaire

Ecoute voir dès le 12 mai

Les sons nous environnent, nous accompagnent au quotidien, mais au fait, qu’est-ce qu’un son?
Cette exposition joyeusement interactive vous emmène à la découverte de ce phénomène physique et du monde merveilleux des ondes…
En route !
Pour en savoir plus

Des articles passionnant sur les coulisses du musée et ses instruments à retrouver sur le blog   »Du côté du MHS »


Plongée dans le monde infini des fractales

Exposition interactive à la SEU

Du 16 mai au 30 juillet 2021

Plongée dans le monde infini des fractales

Participez à la construction d’une fractale géante en 3D

Qu’est-ce qu’une fractale?
Ça sert à quelque chose?
Peut-on en fabriquer soi-même?
C’est de l’art ou c’est des maths?
Les maths, ce ne sont pas que des calculs?

Pour avoir des réponses à toutes ces questions, venez découvrir notre exposition interactive. À l’aide de six cartes de visites, chaque visiteur/euse construit un cube et l’incorpore à la plus grande fractale de Suisse.

Mode d’emploi

Matériel nécessaire: 6 cartes de visite (85 x 55 mm)

Plus d’informations

Qu’est-ce qu’une fractale? Est-ce que ça sert à quelque chose? Peut-on en fabriquer soi-même? Est-ce de l’art ou des mathématiques? Pour répondre à ces questions, la Salle d’exposition de l’Université de Genève (SEU) organise, du 16 mai au 30 juillet 2021, une exposition ouverte à toutes et tous. À l’aide de six cartes de visite, chaque participant-e pourra construire un cube et l’incorporer à la première fractale en 3D de Suisse – soit un objet mathématique présentant une structure similaire à toutes les échelles. Un projet interactif de grande envergure!

L’originalité de l’exposition consiste en la construction collective d’une éponge de Menger de 2m3 constituée de 48’000 cartes de visite. Le résultat final dévoilera une fractale. Comment procéder? Six cartes de visite permettent de construire un cube. Vingt de ces cubes assemblés forment une éponge de Menger de niveau 1. Quatre cent éponges de niveau 1 sont nécessaire pour la construction d’une éponge de niveau 3. Les écoles et leurs élèves sont invité-es à construire des éponges de niveau 1 en classe et à l’amener à la salle dès le 16 mai. Retrouvez plus d’informations ici.

Dès l’ouverture des portes de l’exposition, le dimanche 16 mai de 14h à 18h, les personnes ayant construit une éponge de Menger peuvent l’amener à la SEU, visiter l’exposition et construire des cubes supplémentaires. Les autres visiteurs/euses pourront, quant à eux, construire une éponge directement sur place, en plus de la visite. Le 30 juillet, date de la fin de l’exposition, la plus grande fractale en 3D de Suisse sera construite grâce au travail de chacun-e des participant-es. Retrouvez plus d’informations ici.

Cette entrée a été publiée dans Perspective sur les savoirs, Savoirs en classe, Savoirs en sciences, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.